News

Back

Agroforesterie et reboisement en Côte d’Ivoire : évaluation des risques et des opportunités pour les investisseurs

Agroforesterie et reboisement en Côte d’Ivoire : évaluation des risques et des opportunités pour les investisseurs

Entre 1960 et 2017, le couvert forestier de la Côte d’Ivoire a reculé, passant de 12 millions d’hectares à moins de 3 millions, alors que l’agriculture, et en particulier la culture de cacao, se développait. Pour enrayer la dégradation alarmante de ses forêts, la Côte d’Ivoire s’est engagée à restaurer son couvert forestier afin qu’il représente au moins 20 % du territoire national d’ici 2030, contre 11 % actuellement. Pour atteindre cet objectif ambitieux, le Gouvernement ivoirien a élaboré un éventail de politiques et d’instruments juridiques. Le Code forestier adopté en 2019 fournit un cadre d’action pour étendre et restaurer le couvert forestier du pays.


Pépinière gérée par une coopérative locale par Facilité REDD de l’UE

Le rôle du secteur privé est essentiel dans la reconstitution du couvert forestier ivoirien, notamment au travers du soutien à l’intégration et au maintien des arbres dans les parcelles de cacao. Cependant, les investisseurs intéressés par les projets d’agroforesterie et de reboisement peinent parfois à comprendre le contexte légal ivoirien, ainsi que les opportunités et risques afférents.

Dans une récente analyse, ClientEarth et la Facilité REDD de l’UE présentent les facteurs juridiques susceptibles de favoriser ou de limiter le développement des projets (agro)forestiers dans le domaine rural et à fournir aux divers investisseurs intéressés par de tels projets des informations pertinentes pour l’évaluation des risques et opportunités correspondants.

Les auteurs du rapport soutiennent qu’une meilleure sécurisation du foncier dans le domaine rural de la Côte d’Ivoire constitue une condition essentielle pour la réalisation de ces objectifs. Ils sont également d’avis que cette sécurisation permettra de débloquer un potentiel d’investissement considérable.
 

Lire le rapport: Cadre juridique de l’agroforesterie dans le domaine rural ivoirien